Disneyland et Paris, quatre marraines pour booster le tourisme francilien

Cela n’est un secret pour personne, le tourisme en Ile de France et sa destination la plus importante : Disneyland Paris, perd de la vitesse.  Il y a l’insécurité (what else ?) et pas que les attentats. Des visiteurs (Kim Kardashian, si c’est pas une honte ?) se font faire les poches. On n’est pas encore à Rio de Janeiro où il faut se balader quasiment nu pour ne se faire voler que son slip, mais on s’en rapproche.  Les hôtels, les restos, les compagnies d’aviation, les transports en tout genre se font des cheveux. On a beau accuser les conditions météo, un peu de marketing s’impose.

Il ne fallait pas moins que Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile de France, Anne Hidalgo, maire de Paris, Catherine Campbell, chairwoman de Disneyland Paris et Mercedes Erra, CEO de BETC, oui quatre femmes d’influence, pour pouponner le tourisme qui bat de l’aile. Faisant fi de leurs antagonismes politiques, elles ont mis au point un dispositif de relance, mélangeant la magie de Disney et celle de la Ville lumière. Pour faire renaître les Spice Girls, il ne manquait que Minnie. Que l’on se rassure. Elle est venue à la fin pour ratifier le traité de paix entre le monde et la capitale française.

Une campagne rondement menée

Pour parler vite de la campagne – elle a été mise en place en un petit mois -, il s’agit de quelques images et d’un diaporama d’icelles. Minnie fait ses courses sous le spectaculaire dôme des Galeries Lafayette, Cendrillon, la Belle et la Bête, débarquent au château de Fontainebleau en un coup de baguette magique, un gâte-sauce de Ratatouille se glisse aux côtés d’Hélène Darroze et, Mickey conduit sa dulcinée au pied de la Tour Eiffel. Enfin mariés ? Quoi de plus romantique qu’un honeymoon au Champs de Mars ? « Paris is waiting for you » dit le slogan.

Le tourisme, c’est l’emploi

Rien d’extravagant que ces noces mais si on a gardé une âme d’enfant, on trépigne, si on est blasé on dit : « Bon ok, d’accord, la créativité, c’est la Belle au bois dormant et elle s’est piquée en filant sa quenouille. » Tant pis, tout est dans la com, ces visuels inonderont l’Europe jusqu’à fin mars, incitant les portefeuilles à s’ouvrir à nouveau pour visiter Versailles et ses environs, Paris et ses musées, et surtout à payer ses restaurants et ses taxis dont on espère un peu plus d’amabilité. L’emploi, c’est primordial.

Paris, reine du monde

Une opération de formation aux métiers du tourisme est lancée par Valérie, Anne jure ses grands dieux que Disneyland et Paris c’est à la vie à la mort. Catherine souligne la générosité du parc d’attraction qui invite régulièrement des petits Parisiens privés de vacances à passer gratuitement une journée à Marne-la-Vallée en compagnie des cast-members et à s’éclater sur Space Mountain. Mercedes a prêté BETC Corporate pour réaliser la campagne. Inévitablement, c’est à la Tour Eiffel, qu’un cocktail a réuni ce pow-wow de marraines exceptionnelles par un après-midi ensoleillé, offrant une vue bouleversante sur la ville. Bref, Paris sera toujours Paris avec ses clichés qui rapportent et ses morts que l’on s’attache à faire oublier.

QUI A FAIT QUOI 

Annonceur : Disneyland Paris
Responsables annonceurs : Catherine Campbell et François Banon
Agence : BETC Corporate
Directeur de création : Richard Desrousseaux
DA-CR : Christophe Vino
Production : Colombia Blanco