On se lève tous pour Jean-Paul !

On se lève tous pour Jean-Paul !

Citez-moi un slogan qui vous a marqué dernièrement.

Difficile sans bien réfléchir, hein ? Il n’y a pas beaucoup de phrases accrocheuses qui sont gravées dans votre esprit ces dernières années.

Mais si je vous dis «Un Ricard, sinon rien», «On se lève tous pour Danette», «Maxwell, ce n’est pas la peine d’en rajouter»….
Voici que vos yeux s’illuminent. Ce sont quelques uns des slogans impérissables de Jean-Paul Bacquer, un monument de la pub.

Ce grand créatif était un rédacteur hors pair qui a marqué toute une époque à l’âge d’or de la pub. Danone, Kronenbourg, Ricard, Auchan, Procter, Evian, Kodak, Orangina, Milka, Babybel, Colgate, Société Générale, Le Printemps, L’Oréal, Samsonite, Dunlopillo, Interflora… ce sont les marques qui ont profité de son talent.

C’était l’époque de la pub à papa, comme l’appellent aujourd’hui les nouveaux fils de pub, celle qui donnait une empreinte, un rythme, une métrique, une musique à chaque slogan pour l’imprimer à plus jamais dans la mémoire collective.

Il y a quelques mois, à l’occasion des 50 ans du Club des Directeurs Artistiques 🔴⚪🔵 tous les Présidents du Club s’étaient réunis et Jean-Paul Bacquer, cinquième Président du Club en 1982, n’avait pas manqué le rendez-vous des grands de la pub. Il s’était aussi prêté au jeu des questions des Entremetteurs avec simplicité et humour.

Jean-Paul avait quitté la pub depuis quelques temps pour vivre une nouvelle vie, mais il était sorti de son jardin pour discuter agréablement avec nous et nous résumer en quelques mots sa longue carrière publicitaire et sa nouvelle vie car oui, oui, il y a une vie après la pub.

« J’ai débarqué dans la pub l’année où la publicité a débarqué à la télévision.

Heureuse époque où les annonceurs considéraient les agences comme leurs danseuses et les créatifs hésitaient entre Ingmar Bergman et Jacques Tati pour leur premier 30’’…

L’ex prof d’anglais que j’étais s’est fait les dents sur des budgets de grande consommation, donc lourds, et souvent internationaux*. Comme ils me convenaient, j’ai continué à mordre dedans. Concepteur rédacteur chez Bates, directeur de création chez TBWA puis chez Young et Rubicam, 3 agences en 30 ans, c’est dire que j’ai eu une carrière linéaire.

J’ai eu la chance de rencontrer très tôt et de garder longtemps Gérard Momot, mon Directeur Artistique, et le privilège de travailler avec des réalisateurs, des photographes, des musiciens de talent. Avec eux, grâce à eux et à quelques annonceurs lucides ou inconscients, j’ai fait quelques belles campagnes.

J’ai quitté la pub pour la recherche et le développement : je vis maintenant à Bordeaux, heureux, je me suis marié, j’ai un jardin, deux chiens, un chat et j’explore un nouveau secteur en pleine expansion : j’attend la naissance de ma deuxième petite-fille.« 

Depuis, sa petite fille est arrivée, mais lui, il vient de partir pour rentrer dans l’histoire de la pub.. Au revoir, Jean-Paul. On aimerait te dire beaucoup de choses, mais tu as raison, pas la peine d’en rajouter.

Share Button

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.