Naissance d’entreprise : un nom pour la vie ?

Naissance d’entreprise : un nom pour la vie ?

Une entreprise nait chaque minute. 8 entreprises sur 10 ferment la porte moins de 18 mois après leur création.

En 2017, 591 000 entreprises ont été créées en France. Mais si fonder une entreprise, aujourd’hui c’est facile, la garder en vie c’est autre chose.

En décembre 2017, après l’article publié sur WanSquare, tout le monde a repris sa liste des 10 principaux facteurs d’échec et publié les 10 règles d’or pour ne pas se planter.

Bien évidemment si vous n’avez pas pensé à la cible, si vous avez un mauvais produit, s’il ne répond pas à une demande du marché, si vous avez une mauvaise strate, une mauvaise équipe, une dure concurrence, un mauvais timing, pas de business plan et si vous n’êtes pas à l’écoute de vos clients, l’échec vous attend, inexorablement.

Aucune règle vous assure la réussite, mais les conseils de professionnels sont toujours bons à prendre.

Je vous en rajoute donc un onzième : la com. En commençant par le commencement : le NOM.

Vous avez eu une idée géniale, ou vous allez lancer un super produit. Vous avez donné et vous lui donnez tout votre temps et votre énergie pour que votre entreprise voit le jour. C’est votre bébé. Comment savoir si sa vie sera longue et heureuse et si votre Startup , TPE, PME, PMI grandira vite et bien ?

Pensez à la com. Ce n’est pas un plus, mais la condition sine qua nonEt cela même avant sa naissance, au moment où vous aller lui donner un nom.

Quand un bébé nait, on choisit son nom. C’est le prénom de papy, de pépé, du pays où vous l’avez conçu. Ou le titre de la chanson qui vous a fait tomber amoureux, de votre fleur ou de votre saison préférée, de l’acteur ou de l’actrice qui vous fait rêver, de l’héroïne du roman qui vous a marqué, etc. En tout cas, ce n’est jamais le fruit du hasard. Vous y mettez votre vécu.

Quand on lance une boite aussi. Mais c’est bien plus difficile puisque, si trouver le prénom de votre fils ou fille c’est déjà compliqué, choisir un nom de marque, c’est un véritable métier.

Il faut qu’il corresponde à l’ADN de votre entreprise et au positionnement de votre marque. Qu’il puisse mettre en avant sa valeur ajoutée. Mais il faut aussi qu’il soit facile à prononcer, mémorisable, sexy, innovant, clair, original et bien ciblé.  Et « qu’il sonne bien ». Rigoureux, mais aussi joli et créatif. C’est le premier pas pour s’imposer et se détacher de ses concurrents. 

Oui, vous n’êtes pas un groupe côté en Bourse, vous n’avez pas beaucoup d’argent ou vous préférez consacrer votre budget à autre chose. Erreur ! Le naming c’est le premier cri à la naissance, celui qui attirera les regards. Et qui sera sur la bouche de tous par la suite. Au moins, on vous le souhaite.

Bien sur, si le produit est nul ou inutile, son nom ne le changera pas les choses, mais si l’offre est bonne, mal proposée, avec un nom sans intérêt, elle fera le bruit d’un pétard mouillé. Et si vous oubliez de lui créer une personnalité unique et de communiquer, là vous êtes mort avant le temps.

Vous voulez un exemple ? Tapez ADOPTE UN sur Google, et regardez les images. Vous trouverez adopte un Mac, adopte un meuf, adopte un coach, adopte un tueur, adopte un comique, adopte un beauf, adopte un sans-papiers, adopte un film, adopte un geek, adopte un chômeur, un comique, un noir, etc. Copié, détourné, mais jamais égalé, ce nom reste imprimé dans la mémoire. Et les détournements qu’on en fait, ne font qu’accroitre sa mémorisation et son succès.

Mais ce nom ne sort pas d’un chapeau. Derrière il y a eu toute une copy stratégie avec une plateforme de marque, un concept, une offre, une cible à contre-pied (on s’adresse aux femmes et pas aux mecs). Et un ton humoristique qui permet de communiquer autrement et de manière étonnante et remarquable, tout en proposant l’offre de manière claire. Et aussi de le décliner à toutes les sauces. Une super strate et un nom. Bref, un travail de pro. Pas étonnant que le site a démarré en comptant 250 000 abonnés au bout d’un an et en se faisant une place dans un marché déjà bien encombré et des concurrents bien implantés sur le marché.

Vous voulez vous débrouiller seuls ? Imaginons que vous avez déjà une bonne strate et qu’après un brandstorming en famille ou avec des amis ou associés, vous avez le nom génial, celui qui résume parfaitement le concept, celui qui restera gravé dans toutes les mémoires à plus jamais, joli, facilement prononçable et assez clair et original pour n’être ni confondu ni oublié. Mais… avez-vous pensé de faire une recherche d’antériorité à l’INPI pour voir si le nom est bien disponible, et pas protégé par une marque, une dénomination sociale, un nom commercial, un nom de domaine internet, etc. C’est simple, c’est gratuit.

Zut, le nom de marque existe déjà. Vous pouvez le garder au risque de recevoir une injonction d’un avocat de ne pas l’utiliser. Ou de devenir la cible des concurrents plus sournois, ceux qui attendent que votre boite commence à prendre le poil de la bête, que son nom soit connu, pour vous tomber dessus et vous demander de l’argent, beaucoup d’argent pour pouvoir continuer à l’utiliser. Ou bien vous serez obligé de le changer. Au risque de perdre une partie de clientèle. Et de recommencer à zéro avec l’identité de marque et sa déclinaison, le logo, les cartes de visite, et tout ce que vous avez construit dans le temps avec tant de soin. 

Le nom est dispo, super ! Mais là aussi, vous n’êtes sûrs d’être tranquilles, car si votre nom ressemble à un autre, oui oui, on peut encore vous attaquer. Vous pouvez prendre le risque ou demander une recherche de similarités qui prend en compte les ressemblances orthographiques, phonétiques ou intellectuelles déjà déposés ou enregistrés. Cette recherche est payante. Et si vous voulez être sûrs de votre coup, mieux vaut demander à un avocat spécialisé en propriété intellectuelle et nouvelles technologies de s’en charger. Il y en a des super pas chers et même cool.

Si vous êtes sur Internet, n’oubliez pas de l’enregistrer aussi en tant que nom de domaine. Et bonne chance ! Ça peut devenir un casse-tête chinois car tous le noms sont déjà pris. Enfin, presque.

Bref, perdez un peu de temps au départ, vous en gagnerez en qualité et en chances de réussite.

Une naissance se prépare. 9 mois pour un bébé. Combien pour la vie d’une entreprise ?

 

Infos utiles :

  • Avocat des marques : Maître Anne-Laure Moya-Plana, avocate au barreau de Paris spécialisée en Propriété Intellectuelle & Nouvelles Technologies. (elle vous fera un prix si vous venez de la part du jour sans pub).
  • Stratégies et création du nom en direct avec les meilleurs freelances de la pub et de la com : Les Entremetteurs.fr

 

Share Button

Laisser un commentaire