Freelances, travaillez à la maison, mais pas chez vous

Quand la maison entre dans le bureau, le bureau rentre à la maison.

Le nomadisme, le freelancing et les évolutions sociétales et technologiques ont bouleversé les méthodes et les espaces de travail.

Côte agences, certaines ont vite compris que pour augmenter le bien-être individuel et la performance au boulot, il fallait y ajouter du bien-être. Et elles ont fait rentrer les codes d’aménagement intérieur et les références de la maison sur le lieu de travail. Plus cosy et bien plus confortables, les salles de réunion-aquarium se sont transformées en salon, les salles de sieste ont poussé comme des champignons et les cafétérias ressemblent de plus en plus à la cuisine de sa grand-mère. Ergonomie et lumière, mais aussi une cheminée par-ci, un canapé par-là, quelques meubles vintage…

Au nouveau siège de Pantin de BETC, à côté des bureaux libres qui font le plus grand bonheur des salariés de la génération Y, on y trouve des espaces de détente où il ne manque que papa en train de tondre la pelouse ou les enfants qui jouent au ballon.

Saguez & Partners, agence de design, a humanisé ses bureaux en ajoutant des hamacs en terrasse, une tente, un potager et trois ateliers de bricolage…

Le bureau apporte le confort et l’humanité comme à la maison ? Mouais. Difficile de le personnaliser avec les photos du petit dernier ou de son chat, certes, ringardes, mais tellement rassurantes pour certains.

Du côté de freelances, il y a du nouveau. Si certains suffiraient d’isolement, désormais ils peuvent « cohomer » à la maison, mais pas chez eux, chez les autres. Eh oui, après les espaces de coworking dédiés aux créatifs et aux publicitaires freelances (comme Le Spass/ ou We Art From Weartfromparis.com.), après les cafés-bureau-maison comme l’anti-café, qui proposait gâteaux et jus de fruit maison gratuits, aujourd’hui ils « Cohoment« , à deux pas de chez eux.

L’idée est simple et maline. Les cohomeurs partagent leur salon avec les freelances, peu importe la taille du logement, il suffit d’un petit bout de table et d’une chaise. On va travailler chez Emma, chez François ou chez Thierry. Les Cohomeurs accueillent les freelances chez eux, à un mini-prix, presque un défrayement” pour la WIFI, l’électricité, le thé ou café. Ou pour les gâteaux.

Cohome, c’est un concept étonnant, imaginé par Laura Choisy, une jeune entrepreneuse dynamique et déterminée qui croit dur comme fer au social et au collaboratif et qui met en avant la richesse humaine et pas l’argent. C’est une manière sympathique et économique de travailler chez soi, mais avec les autres, d’assouvir le besoin de contacts et d’échanges, de rencontrer des gens qui ont des synergies professionnelles et de faire parfois un petit bout de chemin ensemble. Son service de coworking est originale, convivial, simple, accessible, fiable et à dimension humaine. Mais aussi solidaire, et il  va changer le paysage et les habitudes de travail de beaucoup de travailleurs indépendants.

Et demain ? Peut-être le « Coliving », pour travailler et vivre ensemble. Il nous arrive tout frais de San Francisco. Il rassemble des freelances Millenials qui vont travailler ensemble sur le même projet dans un même logement avec des espaces communes plus grandes et plus confortables que celles auxquelles ils pourraient avoir en habitant seuls. communautaires, et un espace privatif réduit. Bien plus qu’une colocation, le coliving c’est un compromis entre le confort du logement et l’entreprise. Et voilà comment partager le frais de logement tout en économisant les frais de bureau.

 A se demander jusqu’où on peut aller plus loin ? Travailler dans un hammam ? Dans une cabane à la campagne ? Ou dans un club de vacances ? Le futur nous réserve encore bien de surprises.

 

Share Button

Laisser un commentaire