Filière communication, un filon ?

Les représentants des métiers de la communication viennent de signer un contrat de filière avec l’Etat. Formidable ! …Euh, oui… mais au fait, à quoi ça sert, une filière communication ?
On connaissait la filière bovine ou la filière automobile qui en cas de crise ne manquaient pas de demander des aides à l’Etat. Les agences vont-elle ainsi, en cas d’épidémie de grippe chez les publicitaires, pouvoir demander des indemnités ?
Ca n’a pas l’air prévu.

Alors à quoi sert donc cette filière ?  Reprenons d’abord la définition du Larousse. Filière :  « Ensemble des phases d’un processus de production qui permettent de passer de la matière première au produit fini vendu sur le marché.»` C’est plus clair ?… Non ?
Au dire de Bercy, l’objectif de cette création c’est d’étendre au secteur des services qui emploie 10 millions de salariés et crée de plus d’emplois en France, une logique déjà appliquée dans l’industrie.
D’accord, mais pourquoi commencer par le secteur de la communication ?
Parce que « croissance et investissement publicitaire vont de pair » dit-on. Nous n’entrerons pas ici dans le débat de l’œuf et de la poule et on dira que c’est la pub qui fait le PIB. D’ailleurs une étude aurait tranché : un euro investi en publicité générait 7,85€ de PIB .Et puis parce que dans le domaine, la France compte quelques poids lourds comme Publicis ou Havas. Cocorico ! (ça, c’est pour la poule).
En fait, la filière représente 30 milliards d’euros d’investissements publicitaires (médias et hors médias), et plus de 500 000 emplois directs ou indirects. Ca a l’air énorme. Mais c’est peu comparé à d’autres pays développés. Y aurait-il donc un filon ? Une source de richesse pour alimenter le PIB et créer les emplois qui nous manquent tant ? A voir.


Mercedes Era, nommée Préfiguratrice de la filière (c’est le titre ), a défini avec les différents acteurs 7 objectifs parmi lesquels la création d’un observatoire, afin de se compter et définir le périmètre de la filière, le développement de la communication des startups, et le soutien à la formation.
Et pourquoi avoir choisi Mercedes comme Préfiguratrice ? Parce elle aime son métier et aime le voir avancer. Car c’est une femme d »action et de passion. Parce qu’elle le vaut bien.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *