Les fruits s’éclatent au Tropicana avec CLM

Les fruits s’éclatent au Tropicana avec CLM

« Aucun animal n’a été maltraité durant ce tournage »… mais des fruits, oui. Ou alors c’est de la triche. Parce que le nouveau film de CLM BBDO pour la nouvelle campagne européenne de Tropicana en a explosé quand même de quoi nourrir quelques enfants en carence de vitamine C…

Comme le Jour sans Pub a toujours un regard vigilant et pro sur les films, l’une de ses plus belles plumes, François Bonnet, s’est adressé directement au Directeur Photo du film, François Catonné, pour en savoir plus. Après tout, ce film du jeune artiste suisse Fabien Oefner est étonnant, graphique et impactant… mais savoir comment il a été réalisé, c’est du scoop de blog, non?

D’abord, ce qu’a confié le DP, c’est que tout était parfaitement story-boardé, et que le spécialiste SFX, Eric André, a passé pas mal de temps à préparer le shoot, massacrant au passage quelques premiers kilos d’ananas, d’orange, de framboise… Ainsi, la soif de connaissances des spécialistes de la pub alimentaire est enfin étanchée : Tropicana fait même ses pubs avec 100% de fruits. Tourné au Little Grand Studio à Aubervilliers, le film a demandé 1 jour de pre-light et 5 jours de tournage… ce qui parait d’un luxe pharaonique aujourd’hui.

La technologie et le matériel impliqués ne sont pas mal non plus : tournage en Phantom et Alexa; vitesse de prise de vue jusqu’à 4000 im/sec pour les plans de fruits qui s’écrasent vers la caméra; réalisation d’un Bullet Time à partir de 32 appareils photo pour l’explosion de l’ananas, en plus de la Phantom. Avec l’artiste Fabien Oefner à la réalisation, habitué à travailler en photographie et installation pour montrer la phase cachée des phénomènes scientifiques, « le tournage s’est plus apparenté à du cinéma scientifique qu’à du « beauty shot alimentaire » » confie François Catonné. Le choix de l’expérimentateur suisse par CLM BBDO et de ses directeurs de création Charles Desseaux et Emile Martin est pour beaucoup dans le choc visuel qui secoue toutes nos jolies mais vieillottes images de la marque Tropicana.

Alors, oui, le réalisateur est un artiste. Mais fallait-il le dire?  Tropicana, c’est « l’art du fruit »… D’accord pour le brief, mais était-ce nécessaire dans le film? En spécialiste de l’international – une campagne européenne dans ce cas, je comprend bien que le problème est l’adaptation dans d’autres langues. Mais là, ça nivelle un peu quand même, non?  En plus, je n’aime pas qu’une campagne ait une double signature. Pourtant, quand le film se referme sur « les fruits comme vous ne les avez jamais bus », je respire mieux… Il y a toujours des concepteurs-rédacteurs de grand talent chez CLM!

Share Button

4 réflexions au sujet de “Les fruits s’éclatent au Tropicana avec CLM”

  1. Tropicana, c’est « l’art du fruit »… D’accord pour le brief, mais était-ce nécessaire dans le film ?
    Tropicana, dans ses anciennes campagnes, manquait d’appétence, d’envie, de sexyness. On parlait plus de la terre, des paysans (type > « il est bon ton café gringo » > Les Nuls, Jaques Bave). Alors oui, ça n’est pas révolutionnaire dans l’idée, mais c’est remarquablement exécuté, et, à mon sens, Tropicana se replace dans une veine plus « fruitée » et colorée vis à vis de ses concurrents. Du fruit, du jus, la vie !

    • Je suis bien d’accord avec vous. Je pense juste que quand on fait quelque chose d’artistique, on n’est pas obligé de le montrer du doigt et de dire : « regardez, ceci est de l’art. » Bref, je trouve que ça gâche un peu mon plaisir… qui reste grand!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.