McDonald’s fait de la récup’

Screen Shot 2015-01-16 at 10.46.27 AMOn connait tous la tarte à la crème de « la grande cause » comme vecteur d’image pour les entreprises, et particulièrement les grandes. En général, c’est une façon d’inscrire l’émotionnel au cœur … de leur cœur de cible, et c’est la raison pour laquelle ces « charities » (c’est comme ça qu’on dit aux U.S.) ont généralement une portée à la fois locale et nationale, voire carrément internationale.

Mc Donald’s n’a jamais été en reste de cette stratégie grâce à laquelle les grosses marques se rachètent une bonne conduite en donnant un peu (très peu) de leurs profits. Qu’elles communiquent sur ces fondations n’est pas d’une élégance absolue, mais c’est aussi pour faire connaître ces initiatives qui ont un véritable effet social et économique. La Fondation Ronald Mc Donald pour aider au logement, la marche rose d’Avon ou les initiatives d’Estée Lauder pour la recherche contre le cancer et des centaines, voire des milliers de bonnes actions qui peuvent aider… Tout ça, c’est très bien.

http://youtu.be/93KTpF9JDWo
Mais le bât blesse quand le film d’image de marque consiste à étaler son grand cœur. C’est le cas du nouveau film de Mc Donald’s qui, s’il a suscité une controverse immédiate, a au moins le mérite de déplacer la conversation d’une marque en pleine perte de vitesse du fléau de la junk food et de l’obésité à la récupération de messages qui, localement, sont plutôt des jolis signes de soutien aux populations environnantes – donc à leurs clients.

Le film McDo dit « des signes » mélange allègrement des voeux d’anniversaire pour des anonymes – c’est sympa de savoir qu’ils ont résisté à 30 ans de BigMacs – avec des messages comme « Boston Strong » ou « we remember 9/11 ». Des messages de soutien, jolis quand on est sur place, mais pas quand ils sont montés en boucle pour dire que, chez Mc Donald’s, on est vraiment des gens bien.

3Suisses Charlie

Moi, ça me rappelle furieusement la maladresse … et l’extrême mauvais goût des 3 Suisses la semaine dernière. Non, les 3 Suisses, vous ne sucerez pas Charlie !

Bref, quand des mots, des signes, parlent d’horreur absolue, les marques peuvent donner tout l’argent qu’elles veulent et s’engager avec toute les meilleures intentions du monde, mais, surtout, surtout, qu’elles le fassent en silence.

Share Button

2 réflexions au sujet de “McDonald’s fait de la récup’”

  1. Autant je peux largement comprendre ton point de vue (d’autant que je suis loin de fréquenter ce type de fast-food), autant d’un premier abord je n’ai pas vraiment ressenti cette gêne. En tous cas ça m’a moins heurté que la récupération honteuse des 3 Suisses. Sans doute dû au mix dont tu parles d’événements « historiques » nationaux voire mondiaux avec d’autres, locaux.

    Merci en tous cas car ça mérite franchement réflexion. Ce recul nécessaire me fera peut être te rejoindre. À méditer.

    • Les 3 Suisses te choquent davantage parce que tu es Française. Imagine le traumatisme de Boston, Columbine ou du 11 Septembre ici. Mais tu as raison que mélanger ainsi la petite et la grande histoire rend la récup’ moins choquante. Et je ne conteste pas que Mc Donald’s fait vraiment partie du tissu social au niveau local. Mais n’oublions pas que tout ça est avant tout du marketing pour vendre plus de big macs et qu’il est fait allusion à des attentats tragiques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.