Quand il n’y en a plus, il n’y en a plus

Quand il n’y en a plus, il n’y en a plus

La Bière des Champs d’Heineken en avant-première.

heineken fresher world

Je vais vous faire une proposition indécente : il me reste 5 places pour découvrir en avant-première le nouveau bébé Heineken, lors d’une Grande Dégustation à Paris, le 21 octobre. Seuls les plus rapides pourront en profiter. La Bière des Champs est un brassin édité en série limitée, mais ce n’est pas tout ! Ce qui change tout, c’est que le profil aromatique a été défini par le vote des internautes.

De plus en plus, après la révolution du consom’acteur, certaines marques ont compris qu’il fallait le laisser s’exprimer et même mettre son petit grain de sel partout.

Donc, certains vont le faire participer aux choix jusqu’à co-créer le produit avec lui. On appelle ça le « reverse marketing ». C’est quand les rôles s’inversent, il paraît que c’est l’aboutissement du marketing « one to one ».

Heineken n’est jamais à la traîne, c’est pour ça qu’il a fait participer les consommateurs à la conception de ce millèsime. Pour la petite histoire : le 20 mars 2010, l’Atelier des Champs ouvrait ses portes à tous les amateurs de bière, sur la terrasse verdoyante du 50, de celle qu’on appelle la plus belle avenue du monde. Suite à cette soirée, Heineken Entreprise lançait sur le Web son grand concours « Brasseur des champs ». Les 50 gagnants ont participé fin août à une escapade brassicole pour faire la récolte de houblon en Alsace.

Leur choix s’est porté sur une bière ambrée avec des notes de houblon floral.
Celle que mes 5 lecteurs les plus rapides vont découvrir en exclusivité jeudi prochain. Car il est temps de savoir si ce que j’ai clamé pendant des années c’était une mauvaise ou une bonne idée.

Et oui, on va enfin tester s’il vaut mieux que les marques cultivent leur otite ou si la stratégie gagnante est de s’ouvrir et d’écouter le consommateur.

POST-IT : les propriétaires des premiers 5 commentaires ou mails au : joursanspub@free.fr feront partie de la soirée Heineken. Bien évidemment, il faut être majeurs.

Vous voulez savoir comment c’est passé . Retrouvez la soirée racontée par une des 5 invités ici

Share Button

7 réflexions au sujet de “Quand il n’y en a plus, il n’y en a plus”

  1. Il serait bien intéressant de savoir à qui s’adresse cette publicité. À des jeunes consommant d’alkopops? Pour moi la bière est quelque chose de traditionnel, individuel et naturel. C’est pour cela qu’en Suisse les grandes brasseries on des problèmes et des nouvelles, petites ont du succès. De toute façon ce nouveau produit Heineken est un excellent exemple pour certaines évolutions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.