New-York contre Coca-Cola ?

New-York contre Coca-Cola ?

La pub s’affronte à coup d’affiches dans le métro New-yorkais.

are you pouring

 

Aux USA, après la croisade contre la mal bouffe, voici une autre bataille et un nouvel ennemi à abattre : la « mal boisson ». Pour faire face à l’épidémie d’obésité ainsi qu’à la crise sanitaire, New York City a déclaré la guerre aux sodas sucrés. Et elle n’y va pas avec le dos de la cuillère. L’annonce est hard et trash. «Voulez-vous quelques kilos à boire ?», clame la pub en montrant une bouteille de soda, dont le contenu se transforme en boule de graisse infecte et gluante dès qu’il atteint le verre. La pub conclut : «Ne bois pas ta propre graisse» et conseille de se contenter d’eau naturelle, gazeuse ou de lait écrémé.

Juste un peu plus loin, une autre annonce lui répond :«Big apple ou big brother, votre boisson c’est votre liberté». Autrement dit « Mais de quoi je me mêle ? » Eh oui, c’est le fameux coup de bulle, pardon de boule. L’adversaire ne se laisse pas faire et les sodas se rebiffent par consommateur interposé.

Liberté contre obésité. Le combat ne fait que commencer. Les deux publicités antagonistes s’affrontent dans un face à face sans merci dans le métro new-yorkais.

La première a été lancée et financée par le ministère de la Santé de la ville.
Avec les 139 millions de litres de soda consommés chaque année et fort du constat que « Lorsque les gens comptent les calories oublient trop souvent d’inclure les liquides », le ministère clame haut et fort que l’obésité est “actuellement le plus grave problème de santé publique qui tue davantage d’Américains que le sida, le cancer et les accidents réunis”. Cette campagne veut sensibiliser les gens et les inciter à réduire leurs comportements. Et tant qu’à faire en profiter pour réclamer une nouvelle taxe sur les boissons gazeuses au passage. Une petite taxe qui rapporterait, tenez-vous bien, 1,2 milliards de dollars rien que dans le seul état de NY.

L’affiche adversaire a été financée par le Centre pour la liberté des consommateurs. Le CCF accuse la municipalité de vouloir protéger les gens contre eux-mêmes et de porter atteinte à la sacro-sainte liberté individuelle en jouant sur la peur des gens. Depuis quand le soda nuit à la collectivité ? “Toutes les études montrent que cela n’aurait aucune répercussion sur les taux d’obésité”, répond la CCF, citant plusieurs études pour appuyer ses propos.  » Les sodas font partie de tout un ensemble de produits dont certains abusent, mais ils ne sont pas nocifs en soi.”

La ville est partagée. Jusqu’où l’État a le droit de s’introduire dans la vie des citoyens ? Quel est le rôle des pouvoirs publics ? Une taxe prohibitive servira-t-elle à réduire la consommation de boissons sucrées ?

On murmure aussi que le Centre pour la liberté des consommateurs (CCF) est financé, principalement par des dons de grandes entreprises alimentaires telles que Coca-Cola, Cargill, Tyson Foods, et Wendy’s.

Bref, le débat est ouvert. L’État de NY se sucre sur la bulle des sodas et donc sur les consommateurs ou se soucie-t-il de la santé et des finances de ses citoyens ? Les américains vont-ils passer au light ? La ville est en ébullition. En attendant, tout le monde continue à prendre la vie du côté soda.

Share Button

9 réflexions au sujet de “New-York contre Coca-Cola ?”

  1. On nous bassine avec les dangers de la cigarette en clamant que fumer tue et que pour notre santé, il est mieux de laisser tomber la clope. Alors pourquoi s’insurger quand, aux Etats-Unis où l’obésité tue presque autant que le tabac, on essaie de raisonner les consommateurs pour qu’ils s’intoxiquent plus raisonnablement ? D’ailleurs la polémique rappelle celle des premières campagnes anti-tabac. Bien-sûr, si les marques s’en mêlent pour revendiquer la "liberté" de leurs consommateurs addicts, c’est sûrement parce qu’elles ont peur pour leur porte-feuille. A elles de se rattraper sur le light !

  2. La campagne anti-soda est ecourante, mais a mon avis pas plus efficace qu’une campagne informative. Ce que je trouve bien c’est qu’on puisse répondre et se rebiffer à travers le même média.

  3. Coucou Babette,

    Je trouve que ton discours et analyse de cette pub est tres chouette
    et j’aime bien l’utilisation des mots "hard" et "trash". C’est vrai il
    y a une grande probleme aux USA par rapport la nourriture [ou plutot
    manque de nourriture!] mais c’est aussi une question de portion. C’est
    hallucinant aux restos, surtout en dehors de NY. Un plat peut nourrir
    une famille de 4! SANS deconner! L’autre probleme est qu’on a perdu
    l’habitude de s’asseoir soit en famille, soit entre amis, pour un
    repas. On bouffe au boulot, dans la rue, dans une facon qui n’est ni
    satisfaisant psychologiquement ni litteralment.

    Ici a NY, peut-etre je suis un peu chauvine, mais en fait, la probleme
    d’obesite est pas aussi flagrante que dans les autres etats, notamment
    Carolina de sud -je pense c’est l’etat avec statistiquement la
    probleme plus grave au niveau d’obesite et aussi les maladies
    cardio-vasculaire. Pourquoi? Car il y a une culture de toute la
    cuisine frite et gras.

    Sinon, sais-tu que dans les frites aux USA aux chaines genre
    MacDonalds ils mettent du sucrent pour faire accro aux frites les
    jeunes? Ca marche tres bien et c’est vraiment degoulasse.

    En fait on peut pas etre trop obese ici a NYC car il faut marcher et
    courir beaucoup. Presque personne a des voitures donc il faut monter
    des escaliers et descendre des escaliers de metro, au minimum. On
    marche beaucoup pour circuler en ville. La grande tendance maintenant
    est de se promener avec sa bouteille d’eau propre a soi-meme: c’est a
    dire une bouteille replissable en alluminum, plastoche quoi et de ne
    pas acheter ad infinitum des bouteilles d’eau plastoches aux magasins
    pour etre plus "green."

    Explique pour moi stp comment j’arrive a manger le tout quoi en
    France: fromages gateaux, pains, patisseries etc et je perds des
    kilos? Ici je mange pas beaucoup je fais tres attention, et je gagne
    des kilos! Je crains qu’on mets du sucre partout ici…helas.

    Bon tout ca pour dire: vive la France!

  4. hello à toutes et à tous,

    Bonne année !
    En ces périodes de détox, une bonne pub pour démarrer l’année.

    Ooh la la, qu’est-ce que c’est que cette campagne bien politiquement correcte ?
    Comme d’habitude on pointe les produits, vu sous leur pire angle et pas les excès des consommateurs. Pauvres êtres dénués de tout jugement et de capacité de régulation. C’est le règne du tout ou rien. Donc c’est le rien.
    Pas de cigarette, pas de voiture, pas de sodas, pas de sexe, comme ça on vivra jusqu’à 120 ans mais on va se faire un peu suer.

    Les créatifs aiment bien ces approches radicales, beaucoup plus simples pour eux à exécuter. Mais cela fait-il vraiment évoluer les mentalités ? On pointe du doigt, au mieux on crée de la honte mais change-t-on quelquechose en profondeur ? Non ! le Soda est plein de sucre ? Merci pour l’info. Cela fait des années que le light existe.

    Si on ne peut secouer le conso dans ses habitudes car cela le traumatiserait, pauvre assisté, donnons-nous la peine de promouvoir le "bon boire" ou le "boire naturel".

    Je crois plus à l’envie comme moteur, qu’à la peur… sur le long terme du moins.

    A regarder attentivement en tout cas, car le pendant français risque de pointer le bout de son nez très rapidement.

    Tiens je vais prendre une mousse moi.

    grumly

  5. L’interdiction ne sert à rien. Il suffit de voir en France avec le tabac; Mais ça donne bonne conscience. La taxe c’est malin, ça rapporte.
    Salut et bonne année.

  6. Il y a le Coca zéro, les sodas lights. Pas besoin de m’introduire dans la vie des consommateurs, s’ils ont décidé de faire attention à leur poids il le feront sans lavoir droit à la morale.

  7. Si ça continue, on va où ? L’état va contrôler nos loisirs et nos vies ? Décider de ce qu’on boit, qu’on mange, avec qui on sort et on baise ?
    Super intéressant votre post.

  8. très intéressant ce billet
    après il va bien falloir faire quelque chose pour diminuer l’obésité aux US… mais ce n’est surement pas à coup d’affiche que le problème va se régler… meme si ca leur donne bonne conscience en rapportant en plus "un peu" d’argent dans les caisses de la ville !!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.