Le jour sans titre

Un idéaliste est une personne qui aide les autres à prospérer. Henry Ford

[wposflv src=http://www.lejoursanspub.fr/blog/wp-content/uploads/08-video/TMF-Blonde-Hairdresser.flv height=405 {,} width=540 {,}]

Qui leur a coulé du plâtre à l’intérieur du cerveau ?
Mon équipe, d’habitude enthousiaste et enjouée, aujourd’hui arbore une attitude presque protocolaire doublée d’un masque étanche et hermétique.
À tour de rôle, chaque commerciale fait son compte-rendu sur un ton monocorde.
Ce n’est pas un remake de « Stupeur et tremblements », mais plutôt celui d’un vieux film, vu et revu, et dont chacun connaît la fin. Celui qui démarre sur une voix-off, plutôt sympathique : « Nous avons trouvé cette idée vraiment intéressante ». Et s’achève sur la question piège : « Quelle est la position de l’UDA ? »

La position de l’UDA est celle de l’AACC qui attend la réaction de l’UDA qui attend celle de l’AACC. Bref, c’est l’histoire du chien qui se mord la queue.

J’ai relancé l’UDA. D’abord par une longue lettre à Gérard Noël où j’expliquais l’intérêt de cette action et le rôle que l’UDA aurait pu y jouer. Puis par téléphone. Résultat des courses : ils veulent bien nous recevoir… après notre rendez-vous avec M. Hervé Brossard. Tournez manège !

J’ai à nouveau envoyé un mot à M. Brossard, le dernier avant de tourner la page.
Le rendez-vous qu’il nous a promis me fait penser à la phrase affichée chez certains barbiers « Demain on rase gratis ». Je lui ai expliqué que nous nous ne pouvions plus laisser les annonceurs dans le flou. Ni les partenaires et tous ceux qui nous ont fait confiance. Je lui ai donc demandé d’arrêter une date. Bien sûr, ce n’était pas ma première relance. Mais ma phrase de conclusion « Sans réponse de votre part avant la fin de la semaine, nous comprendrons le sens de votre silence. » m’a permis de passer des points de suspension au point à la ligne.

Tous les yeux se tournent vers moi. « Et ? »

La date butoir étant passée, sa non-réponse et son silence sont aussi clairs que mon message. La bonne nouvelle c’est qu’on va arrêter de jouer au chat perché[1]
Et la mauvaise c’est que l’effet domino va commencer. L’AACC va entraîner l’UDA qui va entraîner Métrobus, qui va entraîner la RATP qui va entraîner la SNCF qui…

Quatorze paires de yeux me fixent interrogatifs. L’équipe encaisse stoïquement le coup, mais le moral des troupes tombe dans les chaussettes quand je continue : « A quoi, bon, continuer ? Nous ne pouvons pas repousser le JSP à l’infini. À force de bouger la date et de faire poiroter tout le monde, nous commençons à avoir l’air de rigolos. Sans compter que tous ceux qui étaient avec nous hier ne le sont plus forcément aujourd’hui. Chez Coca, au BHV, un peu partout, il y a eu des mutations importantes. Le fort turn-over au sein des entreprises fait que les DirCom changent. Les patrons aussi. Les priorités, les stratégies, les enjeux se transforment. Chaque jour qui passe, c’est un pas en arrière. Éminence Grise vient de nous lâcher. Il pense que, sans l’appui des associations, le projet ne pourra pas voir le jour. Les devis que nous avions négociés sur une période donnée ne sont plus valables. Des personnages publics comme M. Santini ou Séguéla qui ont bloqué leur agenda à une date précise ne sont pas forcément disponibles à une autre date. Au club des Annonceurs, la présidente a démissionné pour prendre des nouvelles fonctions ailleurs. Elle a été remplacée par Karim Stambouli. Qui n’a pas forcément le même point de vue que son prédécesseur. Là où il y avait des ouvertures, on peut trouver des portes fermées

Florence hasarde un « Mais le contraire est aussi possible. »

Oui, évidemment. Le problème c’est qu’il faudrait tout reprendre du début. Recommencer à zéro ? Non merci. Je n’ai plus le temps. Ni l’envie.

Compter sur les agences de pub ? Les agendas super chargées sont un super-alibi pour éviter de prendre une position. Même Jacques Séguéla, qui se dit ravi d’être avec nous lors de cet évènement, ne bougera pas le petit doigt pour soutenir le JSP. Sauf si l’AACC… Personne ne veut se mettre à dos les Associations. Ma question tombe comme une bombe : « Ne pensez-vous que le moment est venu de tout arrêter ? »

Je vois les visages de mon équipe se décomposer. Laisser tomber une idée à laquelle on croit, pour laquelle on se bat depuis si longtemps ? Je sais, nous étions tout près du but. Nous avons bien avancé et nous nous sommes trouvés devant un mur. Braver les archers de l’inquisition ne nous mènera nulle part. L’équipe passe de la déception à la crispation, du désappointement à la colère. Ils pestent contre la mafia des Associations, contre le président qui nous a mené en bateau, contre les égos boursouflés, contre les masturbations du cerveau, la lâcheté, la mauvaise fois, le conformisme, la frousse… Si se défouler fait du bien, ça ne change pas le problème.

Notre combat n’était pas facile, on le savait dès le commencement. Mais nous avions la force et la foi pour arriver. Comment aurait-on pu prévoir le barrage des Associations ? Céline propose un plan B : s’adresser aux politiciens. Ils sont les seuls à pouvoir faire pression sur les Associations. Anne-Sophie me parle de sa rencontre avec Pierre-Édouard Noël, le cousin de Gérard Noël. Peut-être un signe du destin… Florence connaît quelqu’un qui… Bref, personne ne veut lâcher.

Mais, honnêtement, comment leur demander encore du temps et de l’énergie pour un projet qui ne va nulle part ? Je me vois mal redémarrer le même film, « Le JSP, le retour » avec le risque qu’il soit un flop total. Je ne vais pas jouer les Don Quichotte à l’infini. L’idéaliste qui se bat contre les moulins à vent finit, à force, par devenir une bouffonnade. À moins que je n’apprenne à biaiser, à calculer, à flatter, à pratiquer la langue de bois, l’art de la lèche et de la courbette et à me fondre dans le paysage. Pour cela il faut un talent que je n’ai pas.

On m’a traité d’idéaliste comme si c’était une tare. Oui, je suis tarée et idéaliste. Parce que j’ai imaginé un monde où on pouvait construire des ponts, où la pub aurait été humaine, attentive, éthique, créative, surprenante. Où les marques auraient su écouter, échanger. Et rendre le dialogue possible. Où, au lieu de se taper dessus, on aurait pu avancer ensemble. Mais « Le miel n’est pas fait pour la bouche de l’âne ». Tant pis pour les ânes. Et tant mieux pour les gens qui savent écouter. Ma réflexion les aidera peut-être à mieux avancer.

J’ai envie de terminer ce billet sur le stéréotype de la blonde naïve et sans cerveau, celle qui vit à dreamland sur un nuage de mousse bleue. Allez, on chante le générique, tous ensemble ! Je veux être un bisounours

POST-IT : Parmi les derniers commentaires, vous pouvez lire en premier le mail, hélas ! tardif, mais poli de Monsieur Stambouli. 

Share Button

42 réflexions au sujet de “Le jour sans titre”

  1. C’est vraiment pas la meilleure nouvelle que j’ai entendu un vendredi soir…
    L’article est à la fois définitif est ouvert. J’espère de tout cœur que c’est le coté ouvert qui l’emportera.

  2. C’est sur un ton drôle et enjoué que vous nous donnez un coup sur la tête. C’est un sacré choc et j’expere que c’est juste le "billet emotion" pour nous laisser en haleine et pouvoir repartir encore plus fort.

  3. Pour une fois qu’il y avait quelqu’un qui avait tout compris et qui voulait transformer l’espace pub en espace de dialogue pendant une journée entière…
    Vous n’allez quand même pas laisser tomber à cause de quelques imbeciles. Nous comptons sur vous:-)

  4. Il n’y a pas que les visages de votre equipe qui se decomposent, ceux de vos lecteurs aussi. J’attends le rebondissement la semaine prochaine

  5. C’est une blague, non ? Et si c’est sérieux, il n’est pas question d’arrêter. Il nous reste en dernier recours, les politiciens. Il ne faut pas laisser tomber, il est necessaire de s’adresser à eux pour forcer la main aux associations et aux marques. Chris a raison, il faut tout tenter pour y arriver. Et si les gens sont stupides, papa Sarko va les obliger à agir.

  6. Bonjour Babette,
    faut pas te laisser faire. En tout cas, après nous avoir fait rêver, tu ne peux pas nous laisser tomber.
    Si les associations de publicitaires et des annonceurs ont beaucoup de pouvoir et marchent en réseau-mafia, il faut leur opposer le pouvoir des citoyens consommateurs.
    Je propose de propager la nouvelle par tous les moyens : mails, buzz sur la toile, réseau relationnel, Facebook, Viadeo, etc…
    Dès que tu auras recueilli les signatures, tu pourras envoyer ton projet soutenu par notre pétition aux politiciens ou au ministère de la communication.
    Qu’en penses-tu ? Et qu’en pensez-vous ?
    Beaucoup parmi vous ont des blogs, des sites, faites circuler !!!!!!!!!!!!!!!!!!

  7. Je suis d’accord. Nous pourrions aussi faire circuler un mail pour recueillir les signatures. Si le Président de l’AACC continue à faire la sourde oreille, nous pouvons nous adresser à un autre président, le notre, celui de tous les Français ☺

  8. Vous savez que vous n’êtes pas seule avec vos idées, et c’est ce qui compte.

    Je comprends la position de l’UDA et de l’AACC. Ils ne considèrent pas la situation comme une bombe à retardement, mais comme une boîte où il suffit de refermer le couvercle étanche pour tuer le feu indésirable.
    Ils ont tort, car cette flamme qu’ils tentent d’étouffer est éternelle, il s’agit de notre volonté de participer à ce monde, d’être là et non éteint.
    Ce sont eux les utopistes !
    Mais, d’un point de vue économique ils ont raison, car cela demande beaucoup moins de travail d’être nonchalants, et si la cocotte pète à la gueule (à nouveau), comme ils n’ont pas signé de contrat d’assurance avec leurs clients, annonceurs et agences, c’est tout bénef’ pour eux.
    Finalement, ce sont des opportunistes !

    En fait, nous seront tous perdants, consommateurs, annonceurs et agences, car le mur devient de plus en plus haut et dangereux, et tout ça à cause de deux associations qui vivent de leur formule placebo "no dialogue = no problème"…

    Le comble de la publicité, c’est de s’être fait rouler !

  9. "no dialogue = no problème"…
    On revient à la fameuse politique des autruches dont Babette nous avait parlé. Si les politiciens leur forcent la main, au moins ils seront obligés de sortir la tête du sable.

  10. Je comprends maintenant les antipub. S’il n’y a aucune possibilité de dialogue, il ne reste que des actions de force pour faire bouger les choses.

  11. Moi, je ne comprends pas la position des associations, ils ne savent pas voir les changements des consomanteurs harceler par la pub, ils ne veulent pas laisser parler ce qui connaissent le plus leurs besoins "les consomateurs". Ils restent comme des imbéciles dans leur bulle alors que le monde change plus vite qu’ils ne pensent. Le JSP est une idée formidable qui doit aboutir tant pis pour eux si vous devez les contourner par le biais extraordinaire d’Internet, si le JSP marche sur la toile, ils s’en mordront les doigts et se demanderons pourquoi ils n’ont pas vu le vent tourner. C’est ridicule de reste avec des esprits vieillots, ce n’est pas comme ça que l’on fait avancer le monde au contraire, on le voit passer sans pouvoir rien faire et on se reveil un matin en se disant qu’est ce que j’ai raté. C’est dommage pour eux mais je crois qu’il faut continuer le combat !!!

  12. Sans JSP nous n’aurons jamais la parole et nous ne pourrons jamais dialoguer. Sans JSP, les marques feront des actions commerciales sans ethique en exploitant le filon « éthique », sans JSP les publicitaires resteront enfermés dans leur monde étanche et les media continueront a nous etouffer. Ils essaieront tous de nous faire croire que tout a changé tandis que tout sera comme avant.

  13. Fred>> Tu sais l’UDA et l’AACC s’il y a bien un truc dont ils se fichent c’est des consommateurs.

    Mario>>C’est vrai que devant un tel mur on pourrait être tenté, mais il ne faut pas tomber dans ce travers. Restons sur la ligne du début: un dialogue! Même si certains font les sourds et muets.

    Jean-louis>>C’est une bonne idée. Si cela pouvait sauver le JSP…

  14. je suis d’accord avec Stephen. Je n’ai pas de blog, mais je veux bien faire parvenir un mail à tous mes copains pour recueillir des signatures. Si on est beaucoup à vous à vous soutenir, on va finir par y arriver. Cordialement.

  15. Ne laissez pas quelques schtroumphs grincheux, ronchons, peureux, fragiles dicter la conduite à tenir pour ce que demandent tous les consommateurs, même ceux qui n’en ont pas conscience ou qui ne lisent pas ce blog. On ne veut pas "plus du tout de pub", mais juste un jour ou nous avons l’impression que nous sommes écoutés. Vraiment écoutés. Nous avons des choses à dire, pas forcément à demander. Moi qui suis le blog depuis le début, nous ne sommes pas des bisounours, nous connaissons tous les contraintes économique, de marketing, financières des entreprises. Vous avez peurs, vous les chefs d’entreprises, vous les PDG, DG et autres présidents d’agences, d’associations, etc. Vous préféreriez peut-être des lois contraignantes, comme la loie Evin et Sapin et celles qui sont en préparation-discussion-approbation… Mais ne nous faites pas prendre des vessies pour des lanternes. C’est à votre tour de ne pas être des bisounours. il ne faut pas invereser les choses, ce n’est pas jouant à l’autruche que les problèmes vont se résoudre. Alors réagissez, chers patrons, où les consomm-acteurs se réveilleront un jour et vous aurez la gueule de bois. C’est dommage de passer par la force et la pression, mais si c’est la seule solution, alors… Oui. Pourquoi pas une pétition et un petit moi à Sarkozy. N’est pas le président "de tous les français" ? Et ce que nous demandaons n’est vraiment pas la mer à boire.
    Faut pas laisser tomber on est derrière vous, et toute votre équipe…

  16. J avoue que le combat est rude mais je suis sur qu il suffit de rien! Ce rien qui fera l effet domino et hop! L idee est trop bonne pour l abandonner! Courage! Ironiquement c est dans ces moments ou on ne croit plus en rien qu un dernier espoir apparait! S il vous fait signe ne le ratez pas!!

  17. Bonjour à vous, amis de ceux qui font "bouger la France" !
    Oui, il y a encore sur cette terre des personnes qui veulent se dépasser, qui ont le courage de dire : se "bouger plus, pour espérer plus"… (tiens, ça me rappelle un certain politicien, justement !).

    Le JSP ne doit pas s’arrêter…c’est une trop belle initiative ! Babette, vous devriez passer à l’emission : "les 100 qui font bouger la France" ! !
    BOUGER, BOUGER, mais justement, il y a la loco et les wagons qui parfois se décrochent, se grippent, déraillent…

    C’est vrai, l’opération du JSP aurait dû se faire et doit se faire, AVEC QUI ?
    On l’a vu, ne rien attendre de ceux qui prétendent détenir les clefs du Métier (l’AACC, l’UDA, etc…) C’est bien dommage, car leur image institutionnelle en prend un certain coup dans l’aile ! ! ! C’est plus que déplorable et mes mots sont faibles !
    Alors, QUI d’AUTRE ? Les Politiciens ????? Ceux qui à droite comme à gauche, au centre, seront les plus intelligents, les plus courageux, les amoureux de l’IMAGE, de la Grande IMAGE qui fait avancer le débat d’idées ??
    OUI, c’est cela qu’il faut ! Se tourner vers les hommes Politiques, mais les GRANDS, ceux qui n’ont pas peur, qui bougent… (ça me rappelle encore qqun !).
    En ce moment, ce sont les Municipales, alors, ILS se bougent et font des km à pieds, sur les marchés et dans les rues de leurs arrondissements respectifs….

    OUI, c’est ça se bouger….VOULOIR, c’est POUVOIR ! ! ! ! !
    Le débat d’idées politiques c’est autre chose, certes, mais au moins la volonté est là ! L’envie d’avoir envie, "la positive attitude" ! ! !
    Babette, écrivez donc à notre actuel Président et à Mme La Ministre de la Culture : Christine ALBANEL.
    Qui ne tente rien, n’a rien, c’est bien connu !
    Je vais vous aider….
    IL FAUT QUE LE JSP VIVE !
    Vive le JSP et vive la France qui bouge !!!!!!

  18. Pour se faire écouter tout le monde crie, vandalise et attaque. Vous avez choisi d’installer le dialogue. C’est une noble initiative, mais elle peut perturber car elle est inhabituelle. Tout le monde est habitués à resoudre les probleme par des rapports de force. Vous avez trop de confiance dans les gens. Il ne les meritent pas. Je pense qu’il ne faut pas les traiter les publicitaires, les association, les medias comme des êtres intelligents et mûrs. Laissons regler le probleme aux autorités. Les enfants ont besoin d’avoir un pere qui leur impose leur conduite.

  19. Oui, il faut écrire au Président, ce n’est pas un C molle:-)
    Au moins lui il ne se vautre pas sur le passé et n’a pas peur de bouger les choses.

  20. Je comprends ce que Jean-Gérard veut dire. Je n’ai pas voté Sarko, je ne suis pas liberal et je ne fais pas de politique, mais je dois reconnaitre que s’il y a quelqu’un qui bouge, qui a de l’audace et qui n’a pas peur du changement, c’est bien Sarko. Et s’il faut s’adresser à un politicien, mieux adressons nous à dieu plutôt qu’à ses saints. W le JSP !

  21. Madame Albanel peut être sensible à votre action. Entre la chasse à la pub et l’overdose de pub, le JSP est le compromis idéal pour retrouver de la pub de bonne qualité et le consentement du citoyen.

  22. Comme arianne, moi aussi je pense que le Ministre de la culture et de la communication peut appuyer un événement positif qui veut concilier la publicité et le citoyen. C’est dans l’interet de tout le monde de trouver une solution intelligente. Madame Albanel ne peut pas être indifferente à une proposition comme la votre. Pourquoi ne pas la contacter ? Cordialement.

  23. Nous avons un Président qui est capable de prendre des decisions culottés et qui bouge vite. Pourquoi perdre du temps en faisant le tour des ministères ?

  24. Je ne proposais pas de faire le tour des ministères, mais d’aller tout droit vers celui de la culture. Je suis convaincu que Madame Albanel est en mesure de comprendre la démarche optimiste et positive du "jour sans pub".
    Elle ne fait pas partie de la mafia des Association, c’est une femme qui prend des initiatives selon ses convictions. Elle n’est pas non plus à la botte de l’AACC et elle l’a déjà démontré par son absence à la semaine de la pub.

  25. Franchement je ne pense pas que Madame Albanel soit en mesure de comprendre le problème. Ce n’est pas son rayon.
    C’est une femme de théâtre et de musée, plus interessée à la culture qu’ au changement de la société contemporaine et aux problèmes entre les consommateurs et la pub:)
    Un Jack Lang, attentif aux tendances et et ouvert à toutes les formes d’art et de communication et qui a modernisé et changé le paysage audiovisuel. aurait bien saisi le sens du JSP et n’aurait pas hésité à y aller.

  26. Ca m’exaspère ! On dirait qu’il n’y a que le politiciens qui peuvent bouger les choses. C’est fou de voir que vous vous étês battue jusqu’au bout et que le dernier espoir c’est Sarko. Il ne peut pas être partout et s’occuper de tout. Mais peut-être qu’une action médiatique et médiatisé pourrait l’intéresser, si vous pouviez arriver à lui. Pourquoi ne pas passer par Carla, italienne comme vous ?

  27. Moi, je pense que Nicolas n’hésitera pas parce que ca lui fera un super coup de pub. Je vois déjà les titres "Pour la première foi dans le monde, Sarko à l’origine d’une initiative original qui var reconcilier pub et consommateurs " Tous les yeux seront à nouveau pointé sur lui. En France et à l’étranger. Je suis sur que dans le monde entier ils voudront tous faire "un jour sans pub". Et ce sera encore lui qui aura le beau rôle !

  28. Merci à tous pour votre soutien. Je voulais aussi vous faire part du courrier que monsieur Karim Strambouli m’a envoyé le 17 octobre 2008, suite à la lecture de ce billet. M. Stambouli se demandait où j’avais été chercher qu’il n’était pas favorable à une journée sans publicité. Il voulait voir s’il y avait eu un compte rendu de comité ou une réponse formelle du club car il n’avait pas ou plus de souvenir de ma requête. Je lui ai reexpédié les mails. Voici sa réponse :

    Madame,

    Je viens d’avoir ce mail qui s’est croisé avec ma précédente réponse.

    Je vois que nous ne vous avons pas répondu ce qui est à la fois incorrect et impardonnable.

    Je vous prie donc avec retard, d’accepter mes excuses.

    Sur la question d’un jour sans pub, je pense que bcp peuvent être aujourd’hui prêts si ce n’est à un jour sans pub au moins à une alternative qui pourrait être un jour sans pub commerciale et ou les espaces serait offert à des associations, ong …

    C’est un point de vue qui n’engage certes que moi.

    Cordialement

    Karim Stambouli

Laisser un commentaire