Prends le JSP, côté Coca Cola

Qui est le plus rapide : Bip Bip ou Speedy Gonzales ?

[wposflv src=http://www.lejoursanspub.fr/blog/wp-content/uploads/08-video/Coca-Cola.flv height=405 {,} width=540 {,}]

La plus rapide c’est Florence. Pendant qu’elle jongle entre les voitures, elle me fait
un compte-rendu de sa prospection, enchaîne sur les médias, réfléchit aux événements à mettre en place le jour « J » et me sort une demi-douzaine d’idées pour répondre aux enjeux de l’interactivité sur le Web. C’est génial d’avoir comme collaboratrice une hyperactive aux neurones en effervescence.

Elle se gare et, toujours en parlant, se dirige d’un pas agile et rapide vers l’accueil. Ses hauts talons résonnent dans le hall et donnent le rythme aux « Ah !! » et aux « Waouh ! » qui retentissent de partout. En effet, chaque personne qu’elle croise lance un cri de joie en la voyant et vient échanger quelques mots. Elle est ici chez elle. Enfin, presque. Nous sommes chez Coca-Cola.

Florence a travaillé 10 ans pour cette marque-symbole. Elle en a gardé l’esprit frais et la pensée positive. Et aussi l’amour de sa boîte. Pendant qu’on monte, elle me chante ses louages. « Coca-Cola c’est une entreprise citoyenne, mais aussi une marque innovante, qui, de par son histoire et ses valeurs, sait s’adapter de manière naturelle aux évolutions de la société et anticiper les changements. Elle a su traverser les siècles sans prendre une ride. » Florence conclut, juste devant la salle de réunion : « Elle possède une vraie légitimité pour adhérer à une action étonnante, éthique et positive qui est du côté du consommateur. »

Elle a d’abord contacté , le Directeur des Médias qui a trouvé le concept original et l’a fait étudier par son équipe. Et, aujourd’hui, nous avons rendez-vous avec Isabelle Dessart, Directrice de la Communication France et avec Sophie Boccard, Responsable des partenariats Média.

Les deux directrices rentrent, sourire aux lèvres et dossier à la main. Elles pourraient bien travailler dans une agence de pub ou dans le show-business. Look chic-branché avec une touche de fun, emploi du temps hyper chargé et cerveau boosté au niveau maximum. C’est l’effet de la formule secrète de Coca.


On démarre la réunion et là, c’est du pur plaisir. Finis les regards déboussolés et les réponses frileuses. Pas besoin non plus d’expliquer le pourquoi du comment. Ici, on sait que le consommateur a changé et on est prêt à lui donner la parole. Chez Coca, on écoute, on comprend, on ose, on bouge et on prend les devants.

Sophie et Isabelle ont une attitude positive et constructive et sont emballées par le projet. Selon elles, il est même impossible que Coca-Cola ne participe pas au JSP, compte tenu de sa volonté de se positionner en tant qu’entreprise citoyenne et de préserver le rapport de confiance qu’elle entretient avec les consommateurs. Après avoir montré la création, nous passons illico presto au côté concret de l’action et nous examinons en détail les médias partenaires. Sophie trouve que le choix de NRJ est bien, mais qu’il serait intéressant d’envisager aussi un partenariat avec une radio plus impertinente comme Nova par exemple. En ce qui concerne la chanson JSP, on pourrait s’associer à des labels branchés du type Naïve. Coca a beaucoup de contacts avec le monde musical, ils ont même un « Monsieur Musique », Stéphane Beillaud, qui s’occupe des partenariats et qui pourrait nous aider pour la production du CD. Isabelle propose de réfléchir aussi à la presse féminine. On pourrait prévoir un supplément dans ELLE. Pourquoi pas la 2e de couve ainsi que l’Edito de Michèle Fitoussi ? Sophie enchaîne en proposant un partenariat avec Jalouse. On pourrait, par exemple, insérer dans le magazine un cadeau pour les lecteurs. J’imagine un bracelet unisexe en caoutchouc, avec un logo JSP très discret. Ce serait très sympa de faire un cadeau aux lecteurs. Florence propose aussi de leur offrir des T-shirts.

La réunion avance au rythme d’un boogie-woogie bien rythmé où à chaque accord de la main gauche répond une variation de la main droite. Isabelle lance l’idée d’un éventuel partenariat avec ZURBAN. Sophie propose d’intégrer M6 au projet. Isabelle trouve que ce serait bien d’y associer un artiste. Elle cite Eric Zonca, le réalisateur de talent et nous donne l’exemple de la pub Coca-Cola qui a été faite avec lui.

Nous leur parlons de notre volonté de créer des événements créatifs et des expos populaires à Paris et à Issy. Sophie rebondit en proposant d’y ajouter la Villette, lieu populaire et branché où se passent beaucoup de manifestations culturelles. Nous ne pouvons qu’approuver. Je suis emportée par le dynamisme et la pêche des nos deux interlocutrices qui pétillent de bonnes idées. Ça me donne un petit aperçu de ce que peut donner un mythe en action.

On continue sur le même tempo et les idées continuent à fuser. Je n’ouvre même pas le chapitre médias alternatifs. Pas besoin de parler de Buzz ou de marketing mobile et demander si Coca-Cola est partante. C’est dans le code génétique de la marque de vivre avec son époque et elle n’a pas besoin de nous pour secouer le marketing.

Florence prend des notes, puis elle propose d’envisager la suite très rapidement. Sophie et Isabelle préparent les « Business Plan », elles vont devoir présenter le JSP d’abord en comité interne à Coca-Cola France, puis en comité conjoint à Coca-Cola Entreprise qui est l’embouteilleur. Pour cela, elles ont besoin qu’on estime les coûts de l’action, notion très pragmatique, mais indispensable pour vendre un projet dans le système. Sophie conclue « D’un point de vue « corporate », il est évident que l’intérêt est très fort, maintenant nous avons besoin de chiffrer l’investissement en achat d’espace et connaître le ticket d’entrée pour notre participation au JSP »

Nous nous quittons après ce rendez-vous rafraîchissant. Le JSP côté Coca-Cola c’est une explosion d’idées, un optimisme rayonnant et un dynamisme décontracté. Coca-Cola nous a donné soif d’idées et rempli la tête de bulles.

POST-IT : Merci à tous ceux qui m’ont envoyé des mails en me conseillant pour les filtres anti-spams. Ça marche ! En espérant qu’il ne bloque pas les commentaires. À suivre…

Share Button

21 réflexions au sujet de “Prends le JSP, côté Coca Cola”

  1. Coca demontre encore une fois qu’elle est cool de cool et pas comme d’autres qui se veulent proches de leurs consommateurs et ce n’est qu’un discours publicitaire pour nous accrocher. Coca ne passera jamais de mode parce que ce n’est pas une mode, c’est une vision positive des choses.

  2. Je ne suis pas étonnée que Coca-Cola fonce sur le JSP (bip bip!). Coca-Cola a toujours su rester moderne et s’adapter aux besoins des consommateurs. bravo à cette marque qui ose . Que les autres , plus frileuses, suivent son exemple!

  3. Depuis que j’ai lu ce billet, je n’arrive pas à trancher : faut-il boire du Coca pour être pétillant ou seuls les gens petillants travaillent chez Coca ?

  4. Super Coca ! Oui, Coca ne pouvait pas être absente. C’est une marque qui bouge et qui n’a pas froid aux yeux. Je suis contente. Elle est comme je l’ai toujours imaginé. Dynamique et créative. Les deux filles Coca ont des idées, des idées…Et la chanson sur la pub, j’ai envie de la voir réalisé. Coca, t’es la meilleure !

  5. Coca-Cola, ce n’est pas qu’une boisson. C’est un esprit positif, une icône, un mythe, le symbole de la jeunesse à n’importe quelle âge. Je suis Coca depuis mes 18 ans, mon fils est Coca, ma petite fille aussi. Coca de père en fils. Pourtant si les générations changent et Coca reste, c’est parce que elle sait écouter les gens et leur donner ce qu’ils attendent.

  6. Pourquoi essayer de réunir des marques qui n’ont rien à faire du consommateur ? Nous avons besoin de sincerité et pas de coups de pub. Cette réunion demontre la volonté de Coca d’agir intelligemment et d’avancer. Avez-vous envisagé de faire une opération uniquement avec Coca ou avec des marques porteuses des vraies valeurs ? Pourquoi essayer de réunir des marques qui n’ont rien à faire de nous ? Ce serait l’occasion pour les marques courageuses de se demarquer des autres. Et ce serait la honte pour les autres. Paris ne serait completement couvert, mais c’est ça qui est intéressant. A côte des pollueurs qui continueraient à salir la ville ou des marque faussement ouvertes comme Nike, on aurait la preuve qu’il y a des marques sincères qui nous écoutent.

  7. Kiki dit : Que les autres , plus frileuses, suivent son exemple!

    Non, je suis plutot d’accord avec Boyboy et je dis : Que les marques courageuses suivent sont exemple ! Les frileuses, les trouillardes, les indifférentes, on en veut pas !! Je prefere voir quelques affiches qui fait "Chut" sincèrement et savoir que la marque qu’il y a derrière a pensé à moi que d’avoir des marques nulles qui adhérent au projet pour faire semblant.

  8. Une belle leçon de dynamisme et d’ouverture ! On se demande toujours ce qu’il a derrière l’image vehiculée par la pub. Ici Coca-Cola demontre qu’elle mérite bien son image mytique.

  9. Du calme ! Avant de vous emballer, attendons voir. Derrière les wonder womens, il y a surement des mecs des comités et aussi des grands chefs qui vont se degonfler. Ce n’est pas parce qu’on travaille chez Coca, qu’on est vacciné contre la bêtise.

  10. Un peu d’optimisme, Caroline ! C’est aussi le manque de confiance qui emmène à l’échec. Avec tout le respect que j’ai pour les nanas, il n’y a pas qu’elles qui font avancer le monde et les mecs ne sont pas tous des chiffes molles. Et, si je ne me trompe pas, je crois que le PDG de Coca c’est une femme.:)

  11. De quand date cette prétendue réunion ?
    Isabelle Dessart et Stéphane Beillaud chez Coca-Cola ? C’était il y a déjà quelques années…
    Qu’est ce que c’est que cette grosse daube que tu nous sers là ? Du fantasme ou du second degré ?

  12. Cher tino, non, je n’ai pas encore des hallucinations. Cette réunion a bien eu lieu. Mais si vous avez le moindre doute, vous pouvez faire mieux que me poser la question. Appelez dès lundi Sophie Boccard et demandez-lui si nous avons rêvé. Et venez nous retrouver sur le blog. On sera ravis de vous avoir parmi nos lecteurs et de discuter à nouveau avec vous. À très bientôt, j’espère.

  13. Je déplore l’attitude de Tino qui se permet de mettre en doute vos affirmations en accumulant les erreurs :
    1. Il vous attaque avant de s’être renseigné au préalable
    2. Il vous agresse publiquement en mettant un commentaire au lieu de vous contacter par mail
    3. Il s’exprime sans avoir pris le temps de lire le blog. S’il avait lu au moins le premier billet, il saurait bien que vous relatez des faits qui ne sont pas forcément passé le jour même
    4. Il casse cette magnifique image d’Epinal que vous avez donnée de Coca et de ses employés en faisant la démonstration que, dans son entreprise, à côté de gens positifs et dynamiques, il y a aussi des gens agressifs et pas très fins. C’est bien dommage pour Coca-Cola.

  14. tino est peut-être le dircom qui a remplacer la dircom. Ou alors c’est lui qui a viré Isabelle Dessart et Stéphane Beillaud. En tout cas, il fait tout pour casser votre image et celle de Coca. Pas sympa !!!

  15. Cher Tino,
    Nous avons bien rencontré Isabelle Dessart avec Sophie Boccard. Et Stéphane Beillaud, cité dans le billet, faisait bien partie de la société.
    Je peux même te préciser que Dominique Reiniche, présidente de Coca-Cola Company Europe et Philippe Marty, successeur d’Isabelle Dessart sont au courant du dossier.
    Il vaut mieux se renseigner avant de tirer à boulet rouge!

  16. C’est qui ce mec qui se permet de mettre en doute vos dires sans même pas se renseigner et se présenter ? T’es qui tino ? Quel est ton problème ? Vas-y, raconte-nous tout.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.