France Télévisions, premier épisode

France Télévisions, premier épisode

« Il ne faut jamais oublier que la télévision n’est qu’un appareil électroménager. »

tv 1927

La différence avec l’aspirateur ou le grille-pain, c’est que dedans il y a de vrais hommes et il arrive même qu’on puisse rentrer en contact avec eux.

« Bonjour, France Télévisions, ne quittez pas, je vous passe M. Daniel Patte… » Mon cœur fait un bond pendant que mes neurones sautillent dans tous les sens pour mettre à feu mon interlocuteur.

Daniel Patte… Ce nom me dit quelque chose.
Je l’associe tout de suite au Téléthon.
Ce n’est pas lui qui en est à l’origine ? Ce ne serait pas plutôt le responsable des opérations spéciales ? Les deux, peut-être bien.

Quoi qu’il en soit, Daniel Patte a une voix chaleureuse et sympathique, mais ce qu’il me dit ce l’est encore plus.
M. Tessier a reçu mon dossier, il trouve le sujet intéressant et le charge de me rencontrer. Il me demande de quelle manière nous pensons mettre en place l’opération à la télé et comment France Télévisions pourrait nous aider.

Je suis prise de court. J’ai envoyé le tout premier dossier à Marc Tessier, convaincue que l’écoute du citoyen et l’engagement éthique étaient aussi l’affaire du service public. Mais je n’étais pas du tout préparée à une réponse si rapide. Je voyais France Télévisions comme une grande machine très lourde et très longue à se mettre en route.

J’essaie de reprendre mes esprits en piochant les mots au hasard. Puis je pars dans une logorrhée verbale en lui expliquant le concept du JSP en général, la prise de parole des citoyens et l’ouverture du dialogue. Je mets en avant les principes de citoyenneté et d’interactivité.

Je lui dis que le jours « J », France Télévisions pourrait remplacer la pub par un éclairage large et complet sur le phénomène actuel du rejet de la pub. Elle pourrait ouvrir le débat en organisant des rencontres, des tables rondes, des interviews. Ou aller au delà de l’info avec des reportages, des documentaires, des magazines… Ce serait bien de mettre en place des opérations passionnantes… Comme quoi ? Mmmm, je ne sais pas encore. En effet, je n’ai pas encore pensé aux détails et les choix vont varier selon les réactions des associations et des annonceurs.

M. Patte m’écoute attentivement, puis il me demande de reprendre contact avec lui dès que le projet sera suffisamment développé. Nous pourrons nous rencontrer pour en discuter plus précisément et pour qu’ils puissent l’étudier de plus près.

Je raccroche. Je suis tiraillée entre l’envie de grimper aux rideaux en lançant un hurlement à la Tarzan et celle de me laisser tomber sur le tapis et m’évanouir sur le champs. Je choisis une troisième solution, je mets au frais une bouteille de champagne. L’équipe ne va pas tarder et les bonnes nouvelles, ça se fête.

L’équipe est très excitée. Nadège essaie de calmer la poussée d’adrénaline collective en disant qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Mais ça tombe dans l’oreille d’un sourd. Personne n’a envie de grignoter ses rêves. En tout cas, pas aujourd’hui. Ce coup de fil nous a fait l’effet d’un euphorisant. NRJ, la Marie de Paris et, maintenant, France Télévisions nous écoutent, nous répondent. La vie est belle !

Bien sûr, rien n’est acquis, tout peut changer très vite. Le mandat de Marc Tessier, par exemple, prend fin dans quelques mois. Son éventuelle reconduction à la tête du service public se fera plus sur des choix politiques que sur des critères professionnels. Et qui dit nouvelle tête, dit nouveaux projets. Remue-ménage garanti entre restructurations, nominations, promotions, ouverture et fermeture des placards et retournements de vestes, toujours du bon côté.

Chaque jour, chaque heure est précieuse. Nous devons être prêts avant juillet.
« Il faut rencontrer vite les Annonceurs. Dieu merci, la semaine prochaine, j’ai RV au Club des Annonceurs. »

« Et mercredi avec la dircom de Citroën. » ajoute Céline d’un air angélique.
Cinq paires d’yeux s’écarquillent et se tournent vers elle. Céline s’est déjà replongée dans son calepin, mais je viens de le voir son petit sourire en coin.
Et si je commençais à mettre au frais une autre bouteille de champagne ?

Share Button

7 réflexions au sujet de “France Télévisions, premier épisode

  1. Je suis étonnée de découvrir que la télé publique se soucie des citoyens et respecte le consommateur. Un grand bravo à France Télévisions.

  2. Pas d’accord, Najette;) Pourquoi t’étonner ? La télé publique fait son boulot. Ce qui serait ahurissant c’est que TF1 fasse pareil. Dans ce cas c’est je me demanderais si Le Lay n’a pas été enlevé par un schrumpf.

  3. Vive la Publi-Réalité

    Enfin une bonne nouvelle! Une télé publique sans pub, quel bonheur ! Plus besoin de zapper sur une autre chaîne pour retomber désespérément sur les mêmes pubs, plus de fausse émissions consacrées à qui vient faire la promo de son dernier film, livre, dvd, cd, enfin des talk-show désintéressés juste pour le plaisir! Des concerts de jazz des opéras du théâtre des documentaires intelligents en prime-time! Enfin le mieux disant culturel promis! Certes cela va enlever du travail aux cireurs de pompes de service, mais rassurons nous ils ont un sens du lucre qui leur permettra de rallier le paradis des télés-pubs.
    Et cerise sur le gâteau, puisque c’est le consommateur, in fine, qui paye la pub, c’est la ménagère de moins de cinquante ans qui va indirectement financer nos chaînes publiques sans pub, que du bonheur vous dis-je, à nous la télé intelligente à eux la Publi-Réalité!
    Car avec cette manne financière il y aura chez eux plus de pub que de télé la Télé-Réalité remplacée par la Publi-Réalité. Et plus il y aura de pub, plus il y aura de moyens pour nous concocter des émissions de rêve. Á nous les musiciens live, exit le playback, à nous le VRAI direct exit les faux-directs en boîte, des artistes rémunérés au cachet exit les promos.
    Les gentils animateurs-producteurs, adeptes de la brosse à reluire, n’auront plus qu’à aller chercher leur pitance ailleurs et peut-être créer le concept de Publiréalité. De la fiction mélangée à de la publicité rédactionnelle, quel "new concept" la réalité dépassant la fiction. Des numéros surtaxés, avec une question alibi sur le temps qui passe pour gagner une Rolex, Les Marques seront ravies! Et nous aussi de ne plus subir leurs diktats.

    Bravo Monsieur Sarkozy! Faire payer la pub pour financer les sans-pub, vous avez réussi a concilier les amateurs de télé-intelligente avec les gogos-publivores tout en ne négligeant pas les intérêts de vos copains de la jet-set.
    Nous, les nostalgiques du mieux disant culturel nous avons tout à y gagner.

  4. Participez au débat sur mediapub@over-blog.org!!!

    La suppression de la publicité sur les chaînes du groupe France télévision risque d’entraîner des modifications quand au traitement de l’information.

    Selon vous, ces chaînes gagneront-elles en indépendance vis à vis des puissances financières ou au contraire cela entraînera-t-il une dépendance plus forte par rapport au pouvoir politique ?

  5. Une télé publique sans pub c’est bien, mais seulement si la décision de supprimer la pub sur la chaine publique est suivie d’une solution financière pour compenser le manque à gagner. Et il y a aussi le coté humain. Il faut penser aussi à ce que vont devenir les employés de la Régie publicitaire de France Televisions. Donc, je pense que ce n’est pas une mauvaise idée, mais à condition d’aller jusqu’au bout et d’assumer le choix sans provoquer des dégats.

  6. Si, à première vue, l’annonce de Sarko sur l’abolition de la pub sur les chaines publiques a l’air d’une bonne initiative, il faut s’attendre à une basse manoeuvre stratégique. L’annonce a provoqué immédiatement une hausse de 14,76% de l’action TF1. Le report des annonceurs sur les autres chaines leur permettra de gagner davantage d’argent. Et tout reste encore dans le flou. Financement de la télévision publique par l’Etat ? Taxe sur les recettes publicitaires des chaînes privées ? Patrick de Carolis se dit satisfait. Je n’y crois pas une seconde. Si Sarkozy met la main sur la télé publique, France television restera libre ? Et qu’on va faire des salariés ? Je m’attend au pire.

Laisser un commentaire